Un week-end « Galilée 2018 » riche en conversations !

Le 23 janvier 2018

Les 13 et 14 janvier derniers, 40 sœurs fmm de moins de 65 ans, dont 3 en formation initiale se sont retrouvées à Paris pour réfléchir ensemble au fonctionnement actuel de l’Institut et à son avenir.

Dans ce groupe, 8 sœurs d’autres provinces en études en France participaient également à la rencontre. En tout, ce ne sont pas moins d’une quinzaine de nationalités qui se sont retrouvées pour échanger… ou plutôt participer à des « conversations ». A l’invitation du conseil général, nous nous sommes donc retrouvées en petits groupes par tranches d’âge pour partager librement sur ce qui, dans le fonctionnement de l’Institut aujourd’hui, nous donne de l’élan pour vivre notre vocation fmm et au contraire ce qui nous empêche de donner le meilleur de nous-mêmes. Une autre question portait sur l’avenir de l’Institut dans  10-15 ans. Parallèlement à ce travail de réflexion, nous avons eu, comme chaque année, la joie de nous retrouver pour échanger des nouvelles de nos missions, de nos communautés et nous détendre ensemble le temps d’une soirée.

 

 

 

Témoignages :

 

Partir pour la Galilée !!!
Quand j'avais entendu pour la première fois en 2016, au chapitre provincial de ma province Belgique, Hollande et Iles Féroé, l’invitation à la rencontre du Groupe Galilée de la province de France, tout de suite venait dans mon esprit une question : « Pourrions-nous aussi y aller ? »
À cause des îles lointaines où nous habitons et du voyage cher et long, habituellement nous ne sortions que pour participer au chapitre provincial ou rendre visite à nos familles. Alors personne dans notre communauté n’a fait attention à cette rencontre en 2017.

Voici que la rencontre Galilée 2018 arrive.
À la réunion communautaire, après un dialogue, nous avons décidé d'y participer chaque année en tant que sœurs de la province BNF pour les raisons suivantes :
*  Dans le rapprochement et la collaboration avec la province de France, nous voyons le besoin de rencontrer les jeunes sœurs qui sont l'avenir de ces deux provinces et de l'Institut.
*  Cela permettra aussi de témoigner de la présence et de  la mission de la communauté de Tórshavn aux îles Féroé et de nous encourager les unes les autres avec soutien.
À cause de nos engagements et des finances, il ne sera pas possible que toutes les sœurs concernées participent ensemble, mais il y aura chaque année quelqu'une(s). Cette année 2018, j’été choisie pour y participer.

Pour moi, il me semble que cela touche profondément le sujet de la rencontre que l'Institut nous a adressé sur le chemin de notre transformation pour que nous puissions regarder avec un esprit nouveau et des yeux vraiment renouvelés le monde actuel et l'Institut réel aujourd'hui et demain, y compris naturellement nous-mêmes en tant que femmes et FMM.

J'étais ravie de me trouver parmi une quarantaine de sœurs, groupées en trois : les plus jeunes, les jeunes, les moins jeunes. Car cela permet de partager et échanger nos découvertes, nos soucis, nos limites, nos joies et nos espoirs en tant que fmm. Alors on se comprend très bien les unes les autres. Et cela nous ouvre aussi aux dons que nous avons encore en commun et que nous oublions parfois ou souvent.
C'est ainsi que je vois le Seigneur ressuscité parmi nous en Galilée. De là, il nous envoie à nouveau tout d'abord à la communauté qui est le premier lieu de notre mission.

Florence Lee, Iles Féroé



Ce week-end à Paris a été ma première rencontre « Galilée » depuis ma profession ! J’ai été heureuse de pouvoir participer à ces deux journées de réflexion avec les Sœurs « de moins de 65 ans » de la Province. Cette rencontre, élargie cette année aux Sœurs étudiantes des autres Provinces, a été une belle occasion pour moi de vivre toujours plus cette ouverture à la dimension universelle de notre Institut en confrontant et en partageant nos différentes réalités, nos difficultés mais aussi nos convictions et nos espérances sur ce chemin de transformation que nous vivons actuellement dans nos fraternités/communautés, nos Provinces et notre Institut. Les temps de travail en petits et grands groupes m’ont permis de redécouvrir et de mieux comprendre la situation de notre Province après deux ans d’éloignement de la France (noviciat en Italie). Ces journées « Galilée » m’ont également donné la joie de rencontrer et de mieux connaitre mes Sœurs. Qu’il est bon de sentir et de vivre l’esprit de famille fmm le temps d’un week-end !

Suzanne NGUYEN, La Madeleine

 

     

 

Back to top